Un chemin de croix en 7 stations

pour enfants et ado

Les animateurs du groupe de jeunes et catéchistes de Saint-Jean-Baptiste à Wavre ont créé en 2013 un chemin de croix adapté aux enfants et aux jeunes. En 7 stations, ils peuvent découvrir les textes de la Passion. Un texte de méditation leur permet d’intérioriser l’évangile, une courte prière et un chant clôturent chaque station. Un outil très facile d’utilisation, adapté dès l’âge de 10 ans et adaptable si nécessaire, qui leur permettra de mieux rentrer dans le récit de la Passion et d’interroger leur propre vécu.

D’après Pastorale des jeunes du Brabant wallon

Le chemin de croix completTélécharger : Autre chemin de croix pour enfants : éditions Mame

1e station : Jésus est condamné à mort et chargé de sa croix

© Lucien Lantier, église de Samogneux

« C’était un vendredi, la veille de la Pâque, vers midi. Pilate dit aux Juifs : « Voici votre roi. »
Alors ils crièrent : « À mort ! À mort ! Crucifie-le ! »
Pilate leur dit : « Vais-je crucifier votre roi ? »
Les chefs des prêtres répondirent : « Nous n’avons pas d’autre roi que l’empereur. »
Alors, il leur livra Jésus pour qu’il soit crucifié, et ils se saisirent de lui.
Jésus, portant lui-même sa croix, sortit en direction du lieu-dit : Le Crâne, ou Calvaire, en hébreu : Golgotha. »

Jean 19, 14-17

Pilate a essayé de sauver Jésus. Il capitule et se lave les mains. Jésus se tient droit et digne, devant la haine des chefs religieux. Son visage rayonne la paix, la majesté, la beauté. En regardant le visage du Christ, je regarde comme dans un miroir ma propre image, pas tel que je crois me connaître, mais tel que je suis dans le cœur et le désir de Dieu.

Jésus tend les mains pour recevoir la croix que lui présentent les soldats romains. Nul ne peut prendre sa vie, c’est Lui qui la donne. Devant cette croix, je regarde mon péché qui me fait rater ma vie. Comme cette croix, le péché fait de moi un esclave défiguré.

Prions : Que le Seigneur Jésus impose ses mains sur nos yeux et souffle son Esprit Saint sur nos cœurs pour que nous sachions contempler l’invisible. Alors nous pourrons contempler le Père dans le visage de son Fils, et nous pourrons contempler le Fils dans le visage de chaque frère qui est son image et sa ressemblance. Amen.   (Origène)

Chant : Jésus le Christ, lumière intérieure, ne laisse pas mes ténèbres me parler.
Jésus le Christ, lumière intérieure, donne-moi d’accueillir ton amour.

 

2e station : Jésus tombe

© Lucien Lantier, église de Samogneux

« Maltraité, il s’humilie, il n’ouvre pas la bouche :
comme un agneau conduit à l’abattoir,
comme une brebis muette devant les tondeurs,
il n’ouvre pas la bouche. »

Is 53, 7

« Le souffle en moi s’épuise, mon cœur au fond de moi s’épouvante.
Je tends les mains vers toi, me voici devant toi comme une terre assoiffée.
Vite, réponds-moi, Seigneur, je suis à bout de souffle ! »

Ps 142, 4-7

La route monte à travers la vieille ville de Jérusalem. Le triste cortège s’avance, au milieu de la haine et de l’indifférence. Jésus est épuisé. Alors il tombe. Le voici, un genou en terre, une main en avant pour tenter de se retenir. Jésus est devenu ce condamné sali et agenouillé.

Je passe, moi aussi, mon temps à chuter et à me relever. À chaque fois un peu plus bas. Et pourtant, puisqu’il est venu prendre mes péchés et les porter sur son dos, c’est que Jésus m’aime tel que je suis. Il n’attend pas que je sois parfait pour me prendre dans son amour.

Prions : O Dieu tout puissant, sauve-moi et lave moi de mes péchés. Souviens-toi de moi en ce monde et dans le monde à venir, par la Passion de Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. Amen.

Chant : La ténèbre n’est point ténèbre devant toi : la nuit comme le jour est lumière.

 

3e station : Jésus rencontre sa mère

© Lucien Lantier, église de Samogneux

« Un jour, alors que Jésus était tout petit, un vieil homme dit à Marie :
« Ton Fils, qui est là, provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël.
Et toi-même, tu souffriras beaucoup. » »

Lc 2, 34-35

Les disciples ont fui et seules quelques femmes ont suivi. Elles sont là pour soutenir Jésus de leur regard et de leur présence. Parmi elles, Marie. Du début à la fin de sa vie publique, de Cana à la Croix, elle est restée discrète. Mais elle est là. Les voici face à face. Ils tendent leurs mains l’un vers l’autre. Marie est celle qui a cru, même dans les moments les plus durs.

« Bienheureuse celle qui a cru… » Comme je serais bienheureux si je savais rencontrer Dieu, me laisser regarder par lui et lui ouvrir ma porte !

Prions : Seigneur notre Dieu, Ton Fils a voulu nous donner Marie pour Mère et pour modèle. Apprends-nous à nous ouvrir comme elle, à nous mettre à ton service, comme elle. Par Jésus le Christ notre Seigneur. Amen.

Chant : Magnificat, magnificat, magnificat anima mea dominum, magnificat, magnificat, magnificat anima mea. (Mon âme magnifie le Seigneur.)

 

4e station : Simon de Cyrène aide Jésus à porter sa croix et Jésus tombe encore

© Lucien Lantier, église de Samogneux

« Pendant qu’ils l’emmenaient,
ils prirent un certain Simon de Cyrène, qui revenait des champs,
et ils le chargèrent de la croix pour qu’il la porte derrière Jésus. »

Lc 23, 26

Moi aussi je donne des coups de main. Il m’arrive d’aider les autres. Ma rencontre avec les autres, les services que je rends, sont-ils seulement une bonne action qui me donne bonne conscience, ou bien me bouleversent-ils au point d’aimer l’autre comme moi-même ?

Parfois aussi il y a des moments où je suis tombé si bas que je pense ne jamais pouvoir me relever. Je suis à terre, sali, sans force. Simplement Jésus me regarde et ses yeux disent son pardon. Alors je peux me relever et continuer la route.

Prions : Dans ma détresse Seigneur, ne reste pas loin de moi ! Ne reste pas silencieux, mais sauve-moi, tends-moi la main. Alors je pourrai me relever et chanter ta miséricorde aujourd’hui et toujours.
Seigneur Jésus, apprends-nous à être généreux, à servir Dieu et les autres sans compter, à travailler sans chercher le repos à nous dépenser pour les autres sans attendre d’autre récompense que d’accomplir Ta volonté. Amen. (St Ignace de Loyola)

Chant : Ubi caritas et amor, ubi caritas, deus ibi est. (Là où sont la charité et l’amour, là est Dieu.)

 

5e station : Jésus est dépouillé de ses vêtements et est cloué sur la croix

© Lucien Lantier, église de Samogneux

« Lorsqu’on fut arrivé au lieu dit : Le Crâne, ou Calvaire,
on mit Jésus en croix, avec les deux malfaiteurs, l’un à droite et l’autre à gauche.
Jésus disait : « Père, pardonne-leur : ils ne savent pas ce qu’ils font. »
Ils partagèrent ses vêtements et les tirèrent au sort. »

Lc 23, 33-34

« Restait la tunique ; c’était une tunique sans couture, tissée tout d’une pièce de haut en bas.
Alors ils se dirent entre eux : « Ne la déchirons pas, tirons au sort celui qui l’aura. » 
Ainsi s’accomplissait la parole de l’Écriture :
Ils se sont partagé mes habits ; ils ont tiré au sort mon vêtement.
C’est bien ce que firent les soldats. »

Jn 19, 23-24

A nouveau, voici l’Homme, digne et beau, qui domine toute la scène. On ne lui enlève rien. Bien au contraire, c’est Lui qui donne tout. Revêtu seulement de son amour, il domine toute la scène. Jésus n’a rien gardé pour lui, il m’a tout donné. Maintenant qu’il est cloué sur la croix, il ne peut plus rien, sauf une chose : pardonner.

Me voici devant l’invraisemblable pardon de Dieu. Ce pardon n’est pas un coup d’éponge sur mes fautes. C’est un acte de totale confiance.

Prions : Dieu qui es attentif à nos demandes, entends le cri de tout homme, entends le cri de celui qui n’a plus rien, ni santé, ni considération, ni affection.
Seigneur, tu es tout pour moi et je suis tout pour toi. O Christ, toi l’Agneau sans tache, donne-moi le pardon que tu m’as assuré sur la croix. Alors sanctifié par l’Esprit, je pourrais glorifier le Père, aujourd’hui, demain et toujours. Amen.

Chant : Mon âme se repose en paix sur Dieu seul : de lui vient mon salut. Oui, sur Dieu seul mon âme se repose, se repose en paix.

 

6e station : Jésus meurt sur la croix

© Lucien Lantier, église de Samogneux

« Il était déjà presque midi ;
l’obscurité se fit dans tout le pays jusqu’à trois heures, car le soleil s’était caché.
Le rideau du Temple se déchira par le milieu.
Alors, Jésus poussa un grand cri :
« Père, entre tes mains je remets mon esprit. »
Et après avoir dit cela, il expira. »

Lc 23,44-46

Prendre un temps de silence prolongé…

Cette croix de douleur est devenue pour moi la Croix glorieuse. Par l’eau qui coule du coté transpercé du Christ, par l’eau de mon baptême, je suis lavé, purifié, je renais d’une vie nouvelle. Par le sang qui coule du côté transpercé, je suis nourri du sang du Christ. Par le don de l’Esprit, je suis fait fils avec le Fils bien-aimé du Père, Jésus. Tout est accompli pour moi. À mon tour, je peux dire à Dieu : Abba ! Père !

Prions : Seigneur Jésus, par ta croix, tu nous fais renaître dans les eaux du baptême. Par ta mort, tu répands abondamment ton Esprit Saint. Par ton Église, tu nous prépares la table de ton Corps et de ton Sang. Conduis-nous, au-delà de la mort, jusque dans la maison du Père où tout est vie, lumière et amour. Amen.

Chant : Il n’est pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime.

 

7e station : Jésus est descendu de la croix et mis au tombeau

© Lucien Lantier, église de Samogneux

« Alors arriva un membre du conseil, nommé Joseph ;
c’était un homme bon et juste.
Il n’avait donné son accord ni à leur délibération, ni à leurs actes.
Il était d’Arimathie, ville de Judée, et il attendait le royaume de Dieu.
Il alla trouver Pilate et demanda le corps de Jésus.
Puis il le descendit de la croix, l’enveloppa dans un linceul
et le mit dans un sépulcre taillé dans le roc,
où personne encore n’avait été déposé.
C’était le vendredi,
et déjà brillaient les lumières du sabbat. »

Lc 23,50-54

La foule s’est éloignée. C’est le moment du silence et du recueillement. Marie est là. Elle ouvre les mains pour recevoir son fils. Il y a aussi quelques amis fidèles.

La Pâques des juifs est toute proche. Vite, il faut ensevelir les corps des condamnés. Un triste cortège porte un cadavre. Tout est vraiment fini. Le grain de blé est enfoui dans la terre. Amour fou de Dieu pour nous.
Voici les premières pierres vivantes de l’Église. Moi aussi j’ai ma place à tenir. Je suis l’une des pierres de l’Église et Dieu compte sur moi. Malgré mes faiblesses et mes péchés.

Le Christ descend dans les entrailles de la terre pour arracher à la terre tous ceux qui sont enfouis dans la terre. O mort, où est ta victoire ? Je suis de cette humanité dont le Christ vient prendre la main, humanité que Jésus vient vivifier, diviniser.

Prions : Seigneur, tu as fait de ton Église le signe de ton salut que tu offres à tous les hommes. Ouvre notre intelligence et fais comprendre à chacun de nous que tu nous as choisis pour annoncer ta Bonne Nouvelle. Dieu notre Père, que ton Esprit Saint descende avec abondance sur ceux qui viennent de célébrer la Passion et la mort de ton Fils, dans l’espérance de leur propre résurrection. Accorde-leur le pardon de leurs péchés, le réconfort dans la détresse et l’espérance dans les épreuves. Toi qui vis pour les siècles des siècles. Amen.

 

Quelques idées de chant pour terminer dans la confiance et l’espérance :

Bonum est confidere in Domino, bonum sperare in Domino. (Il est bon de se confier et d’espérer dans le seigneur.)

 

Crucem tuam adoramus Domine, resurrectionem tuam laudamus Domine. Laudamus et glorificamus. Resurrectionem tuam laudamus Domine. (Nous adorons ta croix, Seigneur. Nous louons ta résurrection.)

 

In manus tuas, Pater, commendo spiritum meum, in manus tuas, Pater, commendo spiritum meum.

 

Dernière mise à jour : 10/4/2020