Célébrer le 5e dimanche de Pâques

Célébration et homélies du dimanche 10 mai

« Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie »

Si vous n’êtes pas seul à la maison, essayez de vivre chez vous en famille / coloc une simple et belle liturgie de la Parole, un temps consacré au Seigneur, en famille, sans écran. Un moment pour vivre le dimanche en petite cellule d’Église, au sein du Corps tout entier de l’Église, en communion avec tous les autres chrétiens parmi lesquels les prêtres qui célèbrent chaque jour à vos intentions ! (en savoir plus)

« En effet, là où deux ou trois font assemblée en mon Nom, je suis là au-milieu d’eux. » (Mt 18, 20)

Ce dimanche, puisons dans les trésors de l'Église et de la vie chrétienne !Évangile du dimanche pour les enfants (vidéos, BD...)

Une intention particulière

Ce dimanche 10 mai, toute la Belgique fête les mamans ! Alors portons-les dans la prière, surtout les mamans qui ont des difficultés avec leurs enfants, celles qui n’ont pas de nouvelles d’un ou plusieurs de leurs enfants, celles qui pleurent la mort d’un de leurs enfants, celles qui ont été confrontées à la mort d’un enfant avant la naissance… Prions aussi pour toutes les femmes qui auraient tant désiré être maman.

Célébrer

Avant de célébrer, préparez aussi :

  • Préparez votre coin-prière : sur une belle nappe blanche : une croix, une Bible ou un missel des lectures, l’une ou l’autre bougie allumée, des fleurs… Rangez et nettoyez la pièce, donnez-lui un air de fête pour y accueillir quelqu’un d’important.
  • Et puis, comme chaque fois :
    • Habillez-vous correctement, comme vous le feriez pour aller à la messe ou accueillir votre invité.
    • Assurez-vous de pouvoir tenir une position stable et droite, une belle attitude de prière (assis, à genoux…).
    • Préparez les conditions d’un vrai silence : éteindre les portables, ordinateurs, musiques, notifications…
  • Si vous êtes seul, prenez les mêmes dispositions de manière à recevoir pleinement la Parole de Dieu en la lisant ou en l’écoutant (cliquez ici pour les lectures et l’homélie), ou de façon à vivre le mieux possible la messe télévisée, en union avec tous les chrétiens (voir ici les horaires des messes télévisées).
  • Les propositions de célébration communes conviennent quand on est au moins 2 personnes.
    • Dans ce cas, choisissez parmi vous celui qui guidera la célébration (ce qu’il dit est indiqué ci-dessous par le signe ℣.).
    • Choisissez aussi ceux qui liront les lectures.
    • Il convient d’adapter la célébration à la réalité familiale. Si on a des petits enfants, il sera bon d’y intégrer quelques moments interactifs.
    • N’hésitez pas à préparer une prière universelle, et à choisir quelques chants adaptés (propositions ci-dessous et ici ).

D’après Aleteia ; Paroisse ND du Sacré-Cœur de Créteil ; Paroisse Saint-Étienne de Court-Saint-Étienne

Rassemblez-vous, en maisonnée !

Mettez-vous d’abord quelques instants en silence, pour vous orienter vers le Seigneur.

Vous pouvez ensuite commencer par un chant. 

Afficher les exemples de chant

Écoute la voix du Seigneur

Si le Père vous appelle
Chrétiens chantons le Dieu vainqueur
Au matin la pierre est roulée
Il est vraiment ressuscité
Criez de joie, Christ est ressuscité
Il nous précède en Galilée

Le conducteur peut introduire à la célébration avec ces mots ou d’autres (avec les enfants, un dialogue et des questions permet une meilleure compréhension) :

Introduction à la célébration

℣. Puisque nous sommes dimanche, nous avons choisi de consacrer ce temps particulier au Seigneur. Lui, il nous consacre toute sa vie, tout son être : par sa venue, sa vie, sa mort et sa résurrection, il est le Chemin qui mène au Père, il est la Vérité de la révélation du Père, il est la Vie que nous recevons du Père. « Qui m’a vu a vu le Père », dit-il aux apôtres et à nous aujourd’hui.
Dans la foi, nous croyons que, même si cela nous manque de plus en plus de célébrer la messe avec toute la paroisse, de communier sacramentellement, le Seigneur nous fait entrer dans sa communion. Cherchons son visage, ensemble, et recevons-le !

Tous se lèvent pour le signe de croix

℣. Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.

℟. Amen.

Celui qui conduit la célébration invite chacun à demander pardon au Seigneur, par exemple avec ces mots :

℣. Seigneur Jésus, trop souvent nous nous éloignons de toi : nous nous écartons du Chemin, nous ne cherchons pas la Vérité, nous n’accueillons pas la Vie.
Nous t’en prions, pardonne-nous, ouvre notre cœur à ton infinie miséricorde ! 

Il est bon de prendre quelques instants de silence. Ensuite on choisit une de ces possibilités :

Je confesse à Dieu tout-puissant

Je confesse à Dieu tout puissant,
je reconnais devant mes frères,
que j’ai péché en pensée, en parole,
par action et par omission ;
oui, j’ai vraiment péché.
C’est pourquoi je supplie la Vierge Marie,
les anges et tous les saints,
et vous aussi, mes frères,
de prier pour moi le Seigneur notre Dieu.

ou Seigneur accorde-nous ton pardon

℣. Seigneur, accorde-nous ton pardon.
℟. Nous avons péché contre toi.
℣. Montre-nous ta miséricorde.
℟. Et nous serons sauvés.

On poursuit avec :

℣. Que Dieu tout-puissant nous fasse miséricorde ;
qu’il nous pardonne nos péchés
et nous conduise à la vie éternelle.
℟. Amen.

℣. Seigneur, prends pitié.
℟. Seigneur, prends pitié.
℣. Ô Christ, prends pitié
℟. Ô Christ, prends pitié
℣. Seigneur, prends pitié.
℟. Seigneur, prends pitié.

Le Kyrie peut être chanté

Kyrie, messe de saint Paul :

Kyrie, messe de saint Jean :
Kyrie et Gloria, messe de saint Boniface :

En ce jour de fête, on prend alors le Gloria, de préférence en le chantant :

Exemples de Gloria chantés

Gloria, Messe de saint Paul :

Gloria de Lourdes :

Texte du Gloria

Gloire à Dieu, au plus haut des cieux,
Et paix sur la terre aux hommes qu’il aime.
Nous te louons, nous te bénissons,
nous t’adorons,
Nous te glorifions, nous te rendons grâce,
pour ton immense gloire,
Seigneur Dieu, Roi du ciel,
Dieu le Père tout-puissant.
Seigneur, Fils unique, Jésus Christ,
Seigneur Dieu, Agneau de Dieu,
le Fils du Père.
Toi qui enlèves le péché du monde,
prends pitié de nous
Toi qui enlèves le péché du monde,
reçois notre prière ;
Toi qui es assis à la droite du Père,
prends pitié de nous.
Car toi seul es saint,
Toi seul es Seigneur,
Toi seul es le Très-Haut,
Jésus Christ, avec le Saint-Esprit
Dans la gloire de Dieu le Père.
Amen.

Celui qui conduit la célébration prononce cette prière :

℣. Dieu qui as envoyé ton Fils pour nous sauver et pour faire de nous tes enfants d´adoption, regarde avec bonté ceux que tu aimes comme un père ;
Puisque nous croyons au Christ, accorde-nous la vraie liberté et la vie éternelle.
Par Jésus Christ, ton fils, notre Seigneur.
℟. Amen.

Liturgie de la Parole

Pour le psaume

Psaume 32 : “Que ton amour, Seigneur, soit sur nous, comme notre espoir est en toi !”

Pour l'Alleluia

Alleluia (messe de Saint-Paul)

Alleluia (messe de Saint-Jean)

Alleluia (messe de Saint-Boniface)

Les lectures du jour

L’évangile en audio (par Prions en Église)

Ou bien visualisez les lectures directement sur le site d’AELF : Lectures du Dimanche 10 mai 2020

Homélie

Vous pouvez aussi faire un partage ensemble, ou chacun parle librement et où on s’écoute sans commenter ce que disent les autres.

Une méthode de partage en 3 étapes

  • Relever un élément marquant de la Parole de Dieu.
  • Discerner ce que le Seigneur m’adresse personnellement comme parole pour aujourd’hui. “Je crois que Dieu me dit aujourd’hui… sur ce chemin d’Emmaüs…”
  • Adresser une prière à Dieu en réponse à sa Parole. “Seigneur, je voudrais te dire…”

Homélie en texte (Jérôme Walewski)

Comme ils nous sont sympathiques ces deux apôtres, Thomas et Philippe. Leurs questionnements semblent rejoindre les nôtres dans leur simplicité. Ils ne veulent pas quitter le Christ, et en même temps ils souhaitent connaître le Père, mais ils ne savent pas très bien comment s’y prendre.

Thomas et Philippe sont encore attachés au Jésus terrestre, à celui qu’ils peuvent voir, toucher et suivre physiquement. Ils demandent à voir le Père de leurs yeux de chair. Et Jésus va leur demander non pas de voir, mais de croire. « Croyez que je suis dans le Père », « croyez du moins à cause des œuvres elles-mêmes ».
Le cœur de la nouvelle relation au Seigneur se situe là, dans l‘acte de croire. Acceptons-nous la révélation que Dieu fait de lui-même ?

La Passion, par laquelle le Christ donne sa propre vie pour sauver celle des hommes, et sa Résurrection, par laquelle aux hommes est promise la vie en abondance et en plénitude, constituent l’œuvre par excellence du Christ. À Thomas, à Philippe, comme à chaque homme de toutes les générations, la vie, la mort et la résurrection du Seigneur nous invitent à prendre le chemin de la Foi en Jésus.

Par leur adhésion au Seigneur, comme le dit Saint Pierre, les croyants sont appelés à reconsidérer leur manière de vivre. À effectuer des choix, notamment en faveur des plus petits, de ceux qui sont considérés comme inutiles. Des choix, donc, qui mettent à part de la mentalité ambiante. Ainsi s’opère, très concrètement, la séparation entre la foi et l’incroyance. Cet orgueil humain refuse la vérité de Dieu.

Comme le Christ, le croyant partagera cette croix. Il sait aussi qu’en choisissant la Foi et la manière de vivre qui en découle, il entre dans la nation sainte, le peuple destiné au salut.

Nous aussi, de la même façon que Thomas et Philippe, nous ne saisissons pas toujours tout. Ils nous arrivent souvent, au vu des évènements de notre vie, de questionner le Seigneur, « Seigneur, mais où es-tu ? ». Par le chemin de la Foi, nous accueillons la vérité de Dieu, qui nous mène à la vie en plénitude. Vraiment nous les aimons bien Thomas et Philippe, ils ne sont pas parfaits mais croyants.

Pourtant, être disciple du Christ ne nous fait pas entrer dans un monde irénique. Nous en avons un exemple dans les actes des apôtres. Dans cette première communauté de disciples, ils sont de plus en plus nombreux et certains tirent un peu trop la couverture à eux, semble-t-il. Cela provoque des tensions parmi les fidèles. On pourrait craindre l’implosion, la violence, la loi du plus fort.

Rien de tout cela, le principe surnaturel de la Foi les unit. Ils s’en remettent par la prière au Seigneur. L’Esprit Saint va souffler et ouvrir un nouveau chemin, le ministère des diacres. La fécondité apostolique de tous les Etienne, Philippe se développera bien au-delà de ce qui était initialement prévu. Cette communauté avait une Foi vivante, et c’est cela seul qui compte.

Des difficultés peuvent surgir dans toute assemblée. Néanmoins si elles sont animées par la Foi, et une attention réelle aux uns et aux autres, les épreuves les affermiront et leur rayonnement spirituel ira en s’accroissant.
De temps à autre, des pasteurs, ou responsables, sont amenés à nous quitter, nous pouvons en avoir le cœur bouleversé de tristesse, être désemparés, découragés. Regardons au-delà, vers l’avenir. Le Christ est notre rocher, celui sur lequel se fonde toute notre espérance. C’est Lui notre ami pour toujours. Remettons tout cela à Dieu dans la prière. L’Esprit Saint continue de souffler.

Jérôme Walewski, diacre

Homélie en vidéo

Luc Terlinden

Vous pouvez ensuite laisser un petit temps de silence, puis proclamer le Credo. 

Afficher le texte du Symbole des apôtres

Je crois en Dieu, le Père tout-puissant,
créateur du ciel et de la terre.
Et en Jésus Christ, son Fils unique, notre Seigneur,
qui a été conçu du Saint-Esprit,
est né de la Vierge Marie,
a souffert sous Ponce Pilate,
a été crucifié, est mort et a été enseveli,
est descendu aux enfers,
le troisième jour est ressuscité des morts,
est monté aux cieux,
est assis à la droite de Dieu le Père tout-puissant,
d’où il viendra juger les vivants et les morts.
Je crois en l’Esprit Saint,
à la sainte Église catholique,
à la communion des saints,
à la rémission des péchés,
à la résurrection de la chair,
à la vie éternelle.
Amen.

Prenez aussi le temps de confier au Seigneur vos intentions de prière pour les mamans, pour vos familles, pour notre paroisse, pour l’Église et pour le monde. Celui qui conduit peut introduire : 

℣. Rendons grâce à Dieu le Père qui a sauvé son Fils de la mort :

℟ : Fils du Dieu vivant, sauve-nous !

Exemple de prière universelle

• Ô Christ, lumière et salut du monde, répands le feu de ton Esprit sur ceux qui confessent ta résurrection. ℟.

• Que toute terre habitée soit illuminée de la lumière de Pâques. ℟.

• Nous t’implorons pour ceux qui subissent la maladie, le deuil, la servitude : guéris-les, fortifie-les, délivre-les. ℟.

• Nous te prions pour ceux qui ne suivent plus tes chemins : qu’ils découvrent ton pardon et la joie d’une vie nouvelle. ℟.

• Nous te confions touts les mères, particulièrement celles qui sont en deuil.  ℟.

• Pour nous, pécheurs, nous t’implorons : accorde-nous de trouver en toi, qui n’as commis nulle faute, un juge miséricordieux. ℟.

• Pour tout homme en ce monde, nous te prions, et pour ceux qui nous ont précédés. ℟.

Des intentions libres peuvent être ajoutées. 

Confier une intention de prière

Celui qui préside conclut :

℣. Dans ta miséricorde, Seigneur, accueille notre prière et aide-nous à écouter la voix du Vrai Pasteur, ton Fils, Jésus, notre Seigneur.
℟. Amen.

Communion spirituelle

Un chant d’invocation de l’Esprit Saint peut ici trouver sa place, dans la perspective de la Pentecôte, et pour s’ouvrir à la communion dans ce même Esprit !

Exemple de chant à l'Esprit-Saint

Jésus, toi qui a promis :

Celui qui conduit la prière peut ensuite introduire la prière du Seigneur :

℣. Unis par l’Esprit-Saint et dans la communion de l’Église, nous osons prier comme le Seigneur Jésus lui-même nous l’a enseigné :

Notre Père

Notre Père
qui es aux cieux,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite
sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui
notre pain de ce jour.
Pardonne-nous nos offenses,
comme nous pardonnons aussi
à ceux qui nous ont offensés.
Et ne nous soumets pas à la tentation,
mais délivre-nous du Mal.

Car c’est à toi qu’appartiennent le règne,
la puissance et la gloire pour les siècles des siècles !

Geste de Paix

Nous vous invitons à habiter le geste de Paix d’une nouvelle manière, qui signifie le mieux possible ce que nous croyons. Faites entre vous un geste différent du simple bonjour, de manière à montrer la propagation de cette Paix venant du Christ. Celui qui conduit la célébration peut par exemple vénérer la croix, puis transmettre la Paix reçue de Jésus à ses 2 voisins les plus proches au moyen du geste choisi en disant à l’un puis à l’autre « La Paix du Christ », chacun répondant par exemple par « Amen » ou « et avec toi aussi », et transmettant la paix à ses plus proches voisins de la même manière. 

Celui qui conduit la prière peut donc inviter au partage de la Paix du Seigneur en disant par exemple :

℣. Nous venons d’unir notre voix à celle du Seigneur Jésus pour prier le Père. Nous sommes fils dans le Fils ressuscité !
Dans la charité qui nous unit les uns aux autres, renouvelés par la parole de Dieu, donnons-nous la Paix que nous recevons du Seigneur !

 

Celui qui conduit la prière peut ensuite introduire à la communion spirituelle :

℣. Nous ne pouvons pas recevoir aujourd’hui la communion sacramentelle. Mais Jésus, lui, peut venir en nous, et faire de notre âme sa demeure. Faisons ensemble un acte de communion spirituelle. Au plus profond de notre cœur, laissons monter en nous le désir ardent de nous unir à Jésus par son Esprit.

On peut prendre un temps de silence pour se laisser introduire par le Seigneur dans sa communion. L’une de ces prières peut y aider :

Une prière

Seigneur, je voudrais Te recevoir aujourd’hui avec tout l’amour de la Vierge Marie, avec la joie et la ferveur des saints. Mais je suis empêché de Te recevoir sacramentellement, viens visiter mon âme : je te l’ouvre totalement.

En ce temps de carême, ce jeûne eucharistique peut nous ouvrir à ce que toi-même a vécu à la Croix quand tu étais abandonné de tous. Il peut aussi nous ouvrir à ce qu’ont vécu Marie et Joseph quand ils t’avaient perdu à Jérusalem. Il peut encore nous ouvrir à la souffrance de tant de membres de l’Église qui ne peuvent communier, qui ne peuvent se rassembler !

Que ce jeûne sacramentel nous fasse comprendre que l’Eucharistie est un don surabondant de Ton amour. Que ce jeûne sacramentel creuse en nous la faim de Te recevoir réellement et avec amour.

L'autre prière

« Seigneur Jésus, nous croyons fermement que tu es présent dans le Saint Sacrement de l’Eucharistie. Puisque nous sommes empêchés de te recevoir sacramentellement, viens au moins spirituellement visiter notre âme.

Que ce jeûne eucharistique auquel nous sommes contraint nous fasse communier à tes souffrances et au sentiment d’abandon que tu as éprouvé sur la Croix.
Qu’il nous fasse communier aux souffrances de ton Corps mystique, l’Église, partout dans le monde où les persécutions ou l’absence de prêtres font obstacle à toute vie sacramentelle.

Que ce jeûne sacramentel nous fasse comprendre que l’Eucharistie est un don surabondant de Ton amour et pas un dû en vue de notre confort spirituel. Qu’il soit une réparation pour toutes les fois où nous t’avons reçu dans un cœur mal préparé, avec tiédeur, avec indifférence, sans amour et sans action de grâce. Qu’il creuse davantage notre faim de te recevoir réellement et substantiellement.

Et d’ici là, Seigneur Jésus, viens nous visiter spirituellement par Ta grâce pour nous fortifier dans l’épreuve. Viens Seigneur Jésus. »

d’après Mgr. Centène, évêque de Vannes, mars 2020

Un temps de silence est ici profitable, éventuellement suivi d’un chant.

Exemples de chants de méditation

Ne crains pas :

Jésus j’ai confiance en Toi :
Humblement dans le silence de mon coeur :

Chants méditatifs

Conclusion

℣. « Je suis la vraie vigne, et vous, les sarments, dit le Seigneur. Celui qui demeure en moi, et en qui je demeure, celui-là donne beaucoup de fruit», alléluia.

Celui qui conduit peut prononcer cette prière :

℣. Dieu très bon, reste auprès de ton peuple, car sans toi notre vie tombe en ruine ;
Fais passer à une vie nouvelle ceux que tu as initiés aux sacrements de ton Royaume.
Par Jésus, le Christ ressuscité, notre Seigneur.  
℟. Amen.

Bénédiction :

℣. Par la résurrection de son Fils unique, Dieu nous a fait la grâce du Salut, il a fait de nous ses enfants : ensemble, bénissons-le pour une telle adoption.
℟. Amen

℣. En nous recréant ainsi dans son Fils, Il nous a offert sa propre liberté : Qu’il nous donne part au bonheur éternel.
℟. Amen

℣. Dans le baptême, nous sommes déjà ressuscités avec le Christ : vivons dès maintenant en enfants du Royaume.
℟. Amen

℣. Et que la grâce de Dieu descende sur nous et y demeure à jamais.
℟. Amen.

Tout le monde fait le signe de croix.
Celui qui préside peut bénir chacun des membres de la maison en traçant une petite croix sur leur front comme au baptême, puis il se fait bénir à son tour par un autre. On peut aussi se signer les uns les autres.

Un chant d’action de grâce peut être entonné pour finir ce temps de célébration. En ce mois de mai, un chant à Marie est aussi adéquat.

Afficher les exemples de chant

Le Seigneur est mon Berger

 Par toute la terre il nous envoie

Au matin la pierre est roulée

Il est vraiment ressuscité
Criez de joie, Christ est ressuscité
Il nous précède en Galilée

Chants de louange  Chants à Marie 

Pendant la semaine, des homélies ou commentaires des lectures de chaque jour vous sont proposées ici

Réalisé d’après : Service de pastorale liturgique de Namur ; AELF ;
les Dominicains de Toulouse ; Aleteia.org ; Magnificat

Homélies pour les jours de la semaine

Dernière mise à jour : 16/5/2020